CORONAVIRUS : Londres à l’ombre

Article précédent Article suivant Article précédent Article suivant

Six mois de purgatoire de plus en perspective pour la restauration à Londres : le gouvernement instaure un couvre-feu de 22 heures à 5 heures du matin à partir du jeudi 24 septembre.

Rouvrir, fermer, investir en pleine perte d’exploitation pour rouvrir à nouveau… Le monde de la restauration et de l’hospitality à Londres est malmené depuis le mois de mars et les dernières décisions du gouvernement, tombées le 22 septembre, pour enrayer la progression du virus vers une seconde vague, ne vont pas améliorer la situation économique et le moral des troupes par les prévisions de l’OCDE : un recul de 11,5 % du PIB national en 2020.

Pour les restaurateurs de la capitale anglaise, ce couvre-feu « puts a nail on the coffin » du secteur déjà sinistré par la première vague. « Il se pourrait que ce soit la semaine qui signe l’arrêt de mort de l’hospitality à Londres », exagèrent à peine les propriétaires de Tayer, formidable bar à cocktails de Shoreditch voué à faire une croix sur les bénéfices du « late night trading » si typique du monde de la nuit londonienne. Pour Greg Marchand, boss du Frenchie Covent Garden, c’est de la “folie pure”. Car une fermeture à 22 heures avec du service à table uniquement signifie que les dernières commandes doivent être prises à 20 h 30, heure de pointe déjà compliquée par l’obligation de distanciation physique. 

Cela induit un service de moins, et encore moins de revenus pour le personnel, correspondant à un loyer moyen de 500 livres. Une des solutions pour compenser la perte d’exploitation : ouvrir plus tôt. Une aberration pour certains : en quoi le créneau de 17 à 18 heures est-il plus covid-safe que celui de 22 à 23 heures ? D’autant qu’une étude récente du ministère de la Santé britannique portant sur une journée record d’infections début septembre a fait ressortir que la majorité des cas ont été enregistrés dans les établissements de soins pour les personnes âgées (313 cas), le milieu scolaire (193) et les bureaux (110). 34 cas concernaient le milieu de la restauration. Lundi, Patrick Vallance et Chris Whitty, les deux principaux conseillers scientifiques de Downing Street, préconisaient « des mesures décisives ». « Le nombre d’infections double désormais environ toutes les semaines. À ce rythme, nous en serons à 50 000 contaminations par jour à mi-octobre », contre environ 4 000 par jour mi-septembre, a assuré Patrick Vallance. Mardi, le nombre de nouvelles infections par jour explosait encore : 4 926 cas !

Pubs, bars et restaurants seront soumis à un couvre-feu de 22 heures à 5 heures du matin, dès jeudi. « En attendant une amélioration, nous devons prévoir que ces restrictions restent en place pour les prochains six mois », a prévenu Boris Johnson, bien décidé à favoriser l’endiguement du virus après avoir perdu le contrôle de la première vague : près de 42 000 Britanniques sont officiellement morts du Covid-19, un record en Europe.

Audrey Vacher


Photo : Frenchie Covent Garden, de Greg Marchand. © W. Lacalmontie

Article précédent Article suivant

Dans la même thématique