Notpla : un pas vers un autre emballage ?

Article précédent Article suivant Article précédent Article suivant

Ooho ne vous dit rien, pourtant, un marathon londonien a révélé aux yeux du monde cette alternative à la bouteille d'eau. Et derrière cette alternative, l'entreprise Notpla. 

Un marathon de Londres comme un autre en 2019. Des coureurs assoiffés qui se pressent sur la finish line, mais *presque* aucune bouteille d'eau en plastique à l'horizon, mais des capsules transparentes qui contiennent ce qu'il faut d'eau pour hydrater un coureur en fin de performance. Derrière le coup marketing plutôt réussi, l'entreprise Notpla. Ils ont profité du plus grand événement sportif du pays pour montrer leur innovation, la capsule Ooho, fabriquée à 100% grâce à de l'algue marine, biodégradable et déterminée à évincer l'éternelle bouteille plastique, au moins sur les lieux de courses où des centaines de milliers de cadavres de bouteilles plastiques jonchent les rues. 


L'entreprise Notpla (Not Plastic, ndlr) a été fondée  par Pierre Paslier et Rodrigo Garcia Gonzalez. Entourés d'ingénieurs, chimistes, innovateurs de tous horizons, ils ont développé Ooho à Londres grâce à des ressources de l'Imperial College. Par la suite, les capsules ont notamment été testées sur des festivals. Le choix du matériau, naturel, quant à lui a été porté sur l'algue brune, évidemment biodégradable mais également comestible.

En somme, Ooho peut être jetée pour disparaître naturellement en 4 à 6 semaines comme un fruit. Avec le marathon de Londres, le succès a été plutôt immédiat et d'autres événements sportifs de grande envergure ont fait appel aux capsules pour hydrater public et sportifs comme à Roland Garros. Mais Notpla ne s'en tient pas à l'événementiel ou au sport. Leur terrain de recherche est bien plus vaste et leurs produits sont bien destinés à être une alternative grand public, car la pollution plastique touche tous les secteurs, comme a prouvé la pandémie. 

La bouteille plastique, mais pas que. 

L'épidémie de Covid-19 a également été un vecteur d'accélération concernant l'avenir des emballages de plats à emporter. La majorité est certes, recyclable, mais beaucoup d'emballages carton sont revêtus d'une fine pellicule de plastique qui, elle, ne se recycle pas dans ce cas précis. Notpla s'est donc penché sur le sujet via leur star Ooho évidemment : Ooho n'est plus uniquement destinée à hydrater les coureurs téméraires, mais peut également servir de sachets de sauces, d'alternative aux bouteilles d'alcool... Mais les emballages de nourriture quant à eux sont également fabriqués de manière biodégradable par l'entreprise : la pellicule de protection n'est donc pas faite de plastique mais toujours à partir d'algues, pour assurer sa disparition à 100%.   


Mais le chantier est titanesque et il est difficile de croire que l'entreprise arrivera seule à pallier à la quantité de déchets accumulés depuis l'accélération de la vente à emporter au niveau mondial. Même avec les meilleures algues brunes... Actu Paris nous apprenait en juin que plus de 15 tonnes d'emballages jetables par jour étaient produits dans la capitale, un chiffre vertigineux. En effet, depuis le pic pandémique, le recyclage montre des signes de faiblesse, peu performant face à l'amoncellement de détritus et déchets plastiques notamment produits par la vente à emporter. Des dizaines de start-ups ont commencé à prendre le problème à bras le corps, pour repenser l'emballage en outil responsable, réutilisable, soumis à la consigne, au vrac et réellement pallier au maximum à l'usage unique. Reste à savoir si une entreprise aussi innovante que Notpla et son Ooho peuvent permettre d'en inspirer d'autres. 

HB

Photos : David Lineton pour Notpla

 

Article précédent Article suivant

Dans la même thématique