Deux grands vainqueurs et peu de femmes au palmarès 2022

arrow
Article précédent
Article suivant
arrow
arrow
Article précédent
Article suivant
arrow

627 tables, dont 49 étoilées, figurent dans l'édition 2022 du Guide Michelin, qui tenait mardi sa traditionnelle cérémonie pour la première fois hors de Paris, à Cognac.   

Le Guide Michelin dévoilait, ce mardi, son palmarès 2022 lors d’une cérémonie organisée pour la première fois hors de Paris, à Cognac en Charente devant un parterre de 200 chefs. Une délocalisation qui rappelle le concept d’une autre cérémonie qui classe les meilleurs restaurants du monde, justifié par Gwendal Poullennec, directeur international des guides Michelin, d’un implacable « 80 % des étoilés en France se situent hors de la région parisienne ». Prenant en compte la situation sanitaire et les difficultés rencontrées par les chefs et restaurateurs au cours des mois passés, la cérémonie a été repoussée de deux mois par rapport aux éditions précédentes. Le guide 2022, en vente à partir du 25 mars, compte 627 adresses (contre 638 en 2021), dont plus de 500 en régions et 41 primo-étoilés venus chercher veste et trophée(s).

Surprises  

« Les voies du Michelin sont impénétrables, et qu’on décroche la troisième étoile ou pas, ce n’est que du plus », déclarait Alexandre Gauthier à la Voix du Nord avant la cérémonie. Alors que les traditionnelles rumeurs pré-palmarès l’auréolaient, ce sont deux outsiders qui ont eu droit au triple honneur : Arnaud Donckele (déjà triple-étoilé à Saint-Tropez), qui rafle les trois étoiles directement, six mois seulement après l’ouverture de Plénitude à Cheval Blanc, dans la Samaritaine repimpée (Paris I) ; et Dimitri Droisneau, chef de La Villa Madie, à Cassis (Bouches-du-Rhône), qui affichait deux macarons depuis 2014.

Arnaud Donckele.

Jérôme Schilling, du Lalique au Château Lafaurie-Peyraguey (Bommes, Gironde), David Bizet, de L’Oiseau Blanc au Peninsula (Paris XVI), Philip Chronopoulos du Restaurant du Palais Royal (Paris I), Marcel Ravin du Blue Bay, au Monte-Carlo Bay Hotel & Resort de la SBM (Monaco) et la bande du Duende, le restaurant de l’hôtel Imperator - Maison Albar (Nîmes), sous la direction du triple étoilé Pierre Gagnaire, secondé sur place par Nicolas Fontaine et Julien Caligo et Bruno Verjus (Table, Paris XII) sont les six double-étoilés de l’année, qui ont rejoint sur scène Alexandre Mazzia et Hélène Darroze, privés de cérémonie en 2021, mais encore tout émus.

41 primo-étoilés

Aucun Lyonnais parmi les 41 (contre 54 en 2021) qui décrochent ou retrouvent leur première étoile, mais de belles nouvelles : la reconquête, à l’insu de son plein gré, pour Florent Ladeyn (Auberge du Vert Mont, Boeschepe), et la toute première pour Victor Mercier (FIEF, Paris XI), également récompensé du prix du Jeune Chef. À noter le joli carton des enseignes du groupe Eclore de Stéphane Manigold (Substance avec Matthias Marc, Granite avec Tom Meyer et Contraste avec Kevin De Porre). 

Six étoiles vertes ont aussi été remises, distinguant « les expériences gastronomiques durables » du Domaine Riberach - La Coopérative (Bellesta), de Toya (Faulquemont), de La Table de la Butte (Plouider), de La Table du Gourmet (Riquewihr), des Belles Perdrix de Troplong Mondot (Saint-Émilion) et de l’Auberge Sauvage de Thomas Benady (Servon).

La cérémonie avait démarré avec une bonne demi-heure de retard et après les discours de rigueur par une remise de prix spéciaux, les deux premiers décernés à des ex-æquo. Celui de la sommellerie à Cédric Bilien (Moulin de Rosmadec, Pont-Aven) et François Lhermitte (Restaurant Julien Binz, Ammerschwihr) ; celui de l’accueil et du service à Anne-Charlotte Pérou (Le Manoir de la Régate, Nantes) et Roxane Coulombeau (La Maison dans le Parc, Nancy), anciennes camarades de classe émues de se retrouver sur les planches du théâtre L’Avant-Scène. 
Six nouveaux venus viennent rejoindre la promotion Passion Dessert, lancée en 2019 avec Valrhona : Aymeric Pinard (Le Grand Contrôle, Versailles), Lilian Bonnefoi (Louroc, Antibes), Jérémy Garnier (La Marine, L’Herbaudière), Adrien Salavert (Les Belles Perdrix de Troplong Mondot, Saint-Émilion), Maxime Frédéric (Plénitude, Cheval Blanc) et Aleksandre Oliver (La Rotonde - Hôtel du Palais, Biarritz).
Le nouveau prix créé cette année pour mettre en exergue l’importance de la transmission dans les métiers de la restauration, celui du Chef mentor, a été remis à Thierry Marx. Hélène Darroze, qui décroche une première étoile pour sa Villa La Coste au Puy-Sainte-Réparade (Bouches-du-Rhône), Anne-Sophie Pic, pour La Dame de Pic - Le 1920 au Four Seasons de Megève (Haute-Savoie), et Alessandra Del Favero (Il Carpaccio, Paris) sont les seules cheffes distinguées. « Trop peu de femmes dans cette sélection », a regretté Gwendal Poullennec.

Audrey Vacher  

arrow
Article précédent
Article suivant
arrow

Dans la même thématique