Enfin libres, un hymne à la joie

Article précédent Article suivant Article précédent Article suivant

C’est l’histoire d’une bande d’urgence, à l’arrêt depuis six mois, et trop heureuse de remettre le couvert le 9 juin.

C'est une idée, née et concrétisée pendant le confinement. Nidhal Marzouk, photographe de rock, notamment pour le magazine Rock Hard et Frédéric Durand-Bazin, coauteurs de l’ouvrage Accords Majeurs qui raconte l’histoire de 22 vignerons unis par la même passion, la musique, accordent trois vignerons et deux cuisiniers pour égayer la réouverture des restaurants le 9 juin.

L'axe Bligny-sur-Ouche – Chavanay

Avant de s’occuper du fameux domaine Georges Vernay, à Condrieu, Paul Amsellem (chant, piano) a navigué dans de nombreux groupes de rock. Tout comme l’aubergiste et vigneron Jean-Charles Fagot, ex-chanteur et batteur des Calamités avec qui il est resté 16 semaines dans le Top 50 en 1987 avec leur tube Vélomoteur. Pierre-Jean Villa complète le casting vignerons. À la guitare, quelle bonne idée d’y mettre les habitués du piano que sont Jean-Michel Carrette, porté rock et trip-hop, et Fred Ménager, à gros penchant metal : le premier à l’acoustique, le second à l’électrique, c’est-à-dire dans leur exacte identité musicale et culinaire ; et de choisir les Terrasses des Carrette à Tournus, comme lieu de tournage de cet hymne à la joie de s’y remettre.

Backs trois-étoiles

Pour faire les backs, Pierre Hermé, Mauro Colagreco (Le Mirazur, Menton), Pierre Gagnaire (Restaurant Pierre Gagnaire, Paris), Gilles Goujon (L’Auberge du vieux puits, Fontjoucouse), Arnaud Lallement (L’assiette champenoise, Tinqueux), Régis et Jacques Marcon (Restaurant Régis et Jacques Marcon, Saint-Bonnet-le-Froid), Anne-Sophie Pic et son époux David Sinapian (Restaurant Pic, Valence), Eric Pras (Lameloise, Chagny), Emmanuel Renaut (Les Flocons de sel, Megève), Guy Savoy (restaurant Guy Savoy, Paris), les sommeliers Paz Levinson (groupe Pic, meilleure sommelière des Amériques 2015), Philippe Faure-Brac (le Bistrot du Sommelier, Paris, meilleur sommelier du monde 1992, et Olivier Poussier (maison Lenôtre, Paris, meilleur sommelier du monde 2000). 
« Enfin libres, autour d’une table pour nous régaler / Enfin, on peut vivre, boire, chanter et nous attabler… » Allez jusqu'au bout du générique de fin surtout.

AV

Article précédent Article suivant

Dans la même thématique