Territoire d’innovation : territorialité (1ère partie)

Article précédent Article suivant Article précédent Article suivant

Chaque mois jusqu’au SIRHA, Sirha Food en partenariat avec Food Service Vision propose une plongée dans un territoire d’innovation du food service.

Contenu partenaire

L’avènement de « l’hyper local »

Ce n’est plus un mystère, les consommateurs cherchent à se nourrir de manière plus responsable, durable. Cette volonté, accélérée par la crise du Covid, passe par la prise de conscience que le local, le territoire, le lieu où l’on choisit de se pourvoir en aliments de qualité reste majeur. Nous l’avions évoqué dans le territoire santé : « Beaucoup de Français ont pris la mesure de l’importance de s’alimenter en circuit court, de se tourner vers les producteurs locaux, se rendre plus fréquemment au marché... ». Cela pousse les Français à se pencher sur l’origine même des produits, leur localisation dans le monde pour rendre leur alimentation plus raisonnée.
Une notion qu’explique Laure Gosselin, Directrice Associée de Food Service Vision : « Le local est aujourd’hui un incontournable sur le marché. De nombreuses raisons, qu’elles soient écologiques, économiques ou identitaires incitent les convives et les chefs à se tourner vers une restauration approvisionnée de manière locale. » Le développement et l’affirmation d’une gastronomie locale est également un enjeu majeur des états qui souhaitent développer leur potentiel touristique. L’hyper local est une notion qui commence à trouver sa place dans les priorités des Français. La pandémie et ses contraintes, la nécessité de rester dans son quartier, sa commune ou son espace de vie a stimulé cette curiosité liée à l’artisanat, le travail des producteurs locaux, le fait-main et l’approvisionnement local.


Tradition, savoir-faire : des clefs

Laure Gosselin précise : « Depuis quelques années, des synergies émergent entre les attentes des consommateurs et les pratiques des restaurateurs en matière de sourcing local de produits. Ceci est favorisé par le développement d’outils digitaux mettant en relation les restaurateurs avec des producteurs locaux. » Les Français aussi n’hésitent pas à scruter les réseaux sociaux pour connaître tous les nouveaux modèles qui mettent en lien le consommateur avec les circuits courts. Toujours selon Food Service Vision : « 81% des français attendent une proposition de plats artisanaux/ faits maison et 41% ont plus d’attentes qu’avant la crise sur la proposition de plats confectionnés. »*
Beaucoup d’entreprises l’ont donc bien compris, rapprocher localité et savoir-faire peut être la clef pour satisfaire la demande des Français. Des entreprises françaises n’ont pas attendu ce son de cloche pour mutualiser les univers. La Bonne Barre imagine ses barres énergétiques, avec des produits franc-comtois, grâce à des produits sourcés, éloignés des ingrédients des barres classiques. L’artisanal continue toujours de convaincre, comme la moutarderie Fallot, dernière entreprise bourguignonne et familiale de la spécialité qui continue son expansion tout en maintenant son savoir-faire depuis 1840. Un respect des traditions qui œuvre comme garantie auprès des Français en termes de qualité et qui souhaitent également améliorer leur empreinte carbone et restreindre leur impact environnemental au plus raisonnable.


* Source : Baromètre Food Service Vison MonAvisSur de B3TSI « Les français et la restauration en temps de crise sanitaire » - Septembre 2020

Article précédent Article suivant

Dans la même thématique