Le rhum reprend sa route

arrow
Article précédent
arrow
Article précédent

Tous les quatre ans, le rhum suscite la curiosité à la faveur de la Route du Rhum, la plus grande des transatlantiques à la voile et en solitaire.

138 marins – dont 7 femmes – partiront à l'assaut de l'Atlantique de Saint-Malo pour rejoindre Pointe-à-Pitre et la Guadeloupe, ce mercredi, pour tenter de remporter la 12e édition de la Route du Rhum, la plus grande des transatlantiques à la voile et en solitaire. 

Les Caraïbes, berceau du rhum 

Tout part du rhum. Nous sommes en 1975 et Bernard Hass, à l’époque secrétaire général du Syndicat des Producteurs de Sucre du Rhum des Antilles, cherchant un moyen original de promouvoir son breuvage, glisse à son ami Florent de Kersauzon, frère du navigateur, l'idée d'une course qui intègrerait le nom « rhum ». Et reprendrait, grosso modo, la route tracée par Christophe Colomb en 1493 avec de la canne à sucre dans ses cales, qu’il implantera dans l’actuelle Haïti, Hispaniola à l’époque. Trois ans plus tard, c’est Michel Etevenon, un publicitaire parisien, qui donne corps au projet et, en novembre 1978, 38 bateaux s’élancent de Saint-Malo pour la première édition. Mike Birch (décédé le 26 octobre dernier) mettra 23 jours, 6 heures, 59 minutes et 35 secondes pour rallier Pointe-à-Pitre, après un final de légende avec Michel Malinovsky, précédant ce dernier de 98 secondes. Depuis, tous les quatre ans, comme pour les Jeux olympiques ou la Coupe du monde de foot, la planète voile vit, une dizaine de jours durant, la même fièvre en suivant la trajectoire des marins à bord de leurs superbes et gigantesques bateaux (taille « no limit » depuis 1990, à partir de 39 pieds, soit six catégories d’embarcations). Pour le reste du monde, c’est aussi une occasion de s’intéresser au rhum. 

Fascinante eau-de-vie de canne

L’histoire du rhum est intimement liée à celle de la canne à sucre, originaire de Mélanésie et implantée dans les Caraïbes en 1493. On distingue trois « familles » de rhums : l’agricole, porté sur le végétal et d’influence française – la Martinique a même une AOC depuis 1996 – ; le ron, espagnol, plutôt doux ; et le rum, anglo-saxon, plutôt épicé. Une fascinante eau-de-vie produite soit par distillation de mélasse (résidu de la canne), soit à partir du jus de canne à sucre fermenté (l’agricole). Il est consommé blanc, vieilli en fût, ou épicé ; il prend alors une coloration ambrée plus ou moins foncée. Ainsi donc, plus qu’un terroir, c’est la technique de production utilisée qui caractérise un rhum, elle-même liée aux coutumes des différentes régions du monde dans lesquelles les rhums sont produits. Les zones de production se situent entre la latitude sud des États-Unis et celle du Brésil, tout autour de la planète, donnant des rhums des Caraïbes, d’Amérique du Sud et Centrale, de l’océan Indien et d’Asie. 

Selon la Fédération française des spiritueux (FFS), qui publie chaque année un bilan économique de son secteur d’activité, les rhums se portent bien puisqu’ils représentent 14% des spiritueux vendus en grande distribution (GMS), soit une progression de +6,6% en volume. En valeur, les rhums représentent 14,2% (+3, 08%). En 2021, le segment rhum a généré un chiffre d’affaires en grande distribution de 730 millions d’euros, contre 441 M€ en 2016.
Selon la quatrième édition du baromètre « Whisky Live Paris », publiée par Ipsos et La Maison du Whisky publient, le rhum et le whisky sont les deux spiritueux les plus achetés et consommés par les consommateurs de spiritueux en France. Les répondants de leur enquête 2022 sont 83% à avoir déjà acheté du rhum et 53% à en avoir consommé au cours des 12 derniers mois. Les Français, amateurs ou pas, consomment chaque année près de 48 millions de bouteilles de rhum en moyenne.
La reprise de 2021 est fragile néanmoins, selon la FFS, qui rappelle que les coûts de production ont connu une hausse généralisée, soudaine et spectaculaire à partir de février 2022 : entre +13% et +60% pour le verre ; +50% pour le blé et le gaz ; entre +20% et +60% pour l’alcool. Ainsi le secteur des spiritueux s’attend à une fin d’année difficile, en raison de potentielles restrictions d’accès au gaz, aux bouteilles en verre ou aux matières agricoles et à une baisse du pouvoir d’achat des consommateurs, ce qui pourrait cette année annuler l’effet positif de 2021.

À Pointe-à-Pitre, aux alentours du 13 novembre, on devrait voir les vainqueurs de la Route du rhum poser avec ou déguster un ti-punch local, malgré le fait que, comme pour toute victoire sportive d’envergure, c’est du champagne qu’on sabre pour célébrer.

Audrey Vacher  

arrow
Article précédent

Dans la même thématique