Reprise d’activité en CHRD : ça s’active

Article précédent Article suivant Article précédent Article suivant

Aucune date de réouverture n’est encore fixée, mais… La fréquence des réunions de travail à cet effet entre gouvernement et professionnels du secteur s'accentue.

Vendredi 5 mars, Jean Castex, Premier ministre, Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, Alain Griset, ministre délégué, chargé des petites et moyennes entreprises, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État, chargé du Tourisme et les présidents du G4, les quatre organisations professionnelles (GNI, UMIH, GNC, SNRTC) unies sur le même front pour l’occasion, lançaient les travaux en vue de la réouverture des cafés, bars et des restaurants

Mardi 9 mars, cette fois avec Alain Griset, ministre délégué aux PME/TPE et Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État au tourisme, une première réunion aux mots-clés « dates », « modalités », « protocole sanitaire » et « accompagnement financier des entreprises » eut lieu.

Des mesures et des dates

Le G4 s’y est présenté en proposant au préalable une feuille de route pour le secteur, dont voici les points saillants.
- Que la date de réouverture qui sera fixée (et qui devra être respectée) prévoit un délai de prévenance de 3 semaines
- Que la distanciation sociale ne soit pas revue à la hausse au sein des établissements, 1 mètre entre les chaises des clients n’appartenant pas au même groupe étant un maximum.
- Que le gouvernement renonce à toute idée d’un « passeport vaccinal » à l’entrée des établissements.
Au chapitre des conditions sanitaires, elles proposent
- Un QR couplé à l’application Tous Anti Covid à l’entrée des établissements afin que les clients enregistrent leur présence. Sans attendre, des tests sont actuellement effectués.
- Une réouverture accompagnée par un contrôle renforcé dans les établissements de nature à garantir une concurrence équitable entre les professionnels ainsi que la sécurité de tous en 3 phases, assujetties aux réalités sanitaires (absence de tension sur les services hospitaliers départementaux et de circulation active du virus) : fin mars 2021 : réouverture des restaurants le midi en semaine et utilisation des terrasses et la réouverture des restaurants d’hôtels le soir pour leurs seuls clients ; avril 2021 : réouverture des restaurants pour les 2 services (midi et soir) semaine et week-end ; juin 2021 : réouverture des bars et des discothèques.

Soutenir et accompagner la reprise

L’autre pathologie à juguler pour la reprise est l’économie des établissements. Si Alain Griset a rappelé les travaux en cours de son côté afin de permettre aux entreprises d’obtenir un nouveau report d’un an de leurs échéances historiques hors covid et abaisser les frais bancaires exigés, le G4 soumet que 3 mesures soient prises dans les semaines encadrant la réouverture et durant tout le temps où des contraintes sanitaires s’imposeront aux établissements : la poursuite de l’activité partielle sans reste à charge après la réouverture, le maintien des exonérations de charges sociales patronales et du crédit de cotisation de 20%, et le maintien d’une indemnisation des entreprises sur la base d’un pourcentage du CA ou de l’EBE négatif à définir afin de ne pas condamner les entreprises les plus pénalisées par une reprise dégradée.

10 mars. Feu vert de Bruxelles, pour la prise en charge des coûts fixes des entreprises qui ne sont pas couverts par leurs recettes, assurances ou aides publiques. Elle est calibrée pour couvrir 70 % des pertes d’exploitation pour les entreprises de plus de 50 salariés et 90 % des pertes d’exploitation pour les entreprises de moins de 50 salariés, dans la limite de 10 millions d’euros en 2021. Ce dispositif – dédié aux entreprises, créées avant le 1er janvier 2019, qui sont fermées administrativement ou appartiennent aux secteurs du «plan tourisme» et qui réalisent plus de 1 million d’euros de chiffre d’affaires mensuel, sont à –50 % de chiffre d’affaires et éligibles au fonds de solidarité en janvier ou février 2021 – est étendu aux cafés-hôtels-restaurants et les résidences de tourisme de montagne.

Vivement un calendrier pour mettre fin au cauchemar que vit, portes closes, le secteur depuis le 30 octobre dernier. Rappelons que les prévisions 2021 vont faire passer 2020 pour une année idyllique si elles s’avèrent : 40 % des bars et restaurants pourraient ne pas rouvrir en 2021. Les quatre organisations professionnelles représentatives du secteur estiment, elles, que la crise pourrait entraîner la fermeture de 2 établissements sur 3 dans le secteur de l'hôtellerie-restauration et 30 % des entreprises du secteur de la restauration envisageraient de déposer le bilan en 2021. Au journal La Croix, Didier Chenet déclare : « Il semble bien que les choses s’accélèrent, nous discutons avec le gouvernement sur des protocoles concrets de réouverture alors qu’auparavant, les discussions tournaient surtout sur les soutiens économiques et sociaux à notre filière. »
La prochaine réunion de travail est prévue le 16 mars.

Audrey Vacher

Article précédent Article suivant

Dans la même thématique