Sponsorisé

Les Vignerons du Vivant

Article précédent Article suivant Article précédent Article suivant

Chaque année, quinze jeunes de 17 à 30 ans, en rupture de parcours, ont la possibilité de suivre une formation d’un an au sein de châteaux du Médoc.

Depuis plus de vingt ans, le vignoble de Bordeaux est engagé dans la préservation de l’environnement. En 2019, plus de 65% des surfaces étaient certifiées par une démarche (Bio, HVE, Terra Vitis, Demeter, etc) contre 35% en 2014. En parallèle, contribuer à une société plus durable et équitable, continuer d’innover, attirer des talents, faire vivre le territoire… sont autant de piliers de la RSE* dans lesquels le vignoble est engagé à travers la démarche Bordeaux Cultivons Demain. Illustration.

La démarche, créée il y a trois ans, est portée par 25 châteaux du Médoc, la Maison Familiale Rurale de Saint-Yzans-de-Médoc, la Fondation Apprentis d’Auteuil et l’organisme de formation AFEPT. Elle vise à former et accompagner des jeunes en difficulté vers un emploi durable. À l’issue : une Certification de Qualification Professionnalisante (CQP) pour devenir ouvrier polyvalent de la vigne. « Ces jeunes relèvent pour la plupart de la protection de l’enfance, avec un parcours de vie difficile. Pour autant, ils sont aussi arrivés à un moment où ils veulent s’en sortir », explique Caroline Boidron de la Fondation des Apprentis d’Auteuil. La formation est centrée sur des techniques agroenvironnementales avec l’encadrement d’experts en bio, biodynamie, agroforesterie et agroécologie. « C’est un levier fort d’attractivité auprès des jeunes : la viticulture est un domaine avec lequel ils peuvent améliorer la planète », pour Jean-Baptiste Cordonnier, du Château Anthonic. Le bilan de la première promotion était très positif : 4 jeunes recrutés en CDI ou CDD de plus de 6 mois, 4 en contrats saisonniers ou en CDD de moins de 6 mois. Cette initiative a pris de l’ampleur avec l’adhésion de nouvelles propriétés médocaines. « Nous ouvrons les yeux de ces jeunes sur un autre possible », conclut Pierre Cazeneuve, du Château Paloumey.

 


*Responsabilité sociétale des entreprises

Crédit photo : Vigneronsduvivant

Article précédent Article suivant

Dans la même thématique