Publié Le 22 décembre 2020
Interview précédente

Dégustations urbaines : à la rencontre des commerçants

Le 22 décembre 2020

Elle innove depuis 2017 pour faire découvrir la gastronomie lyonnaise aux curieux. Le confinement et la situation des commerçants l'ont inspiré pour amener les gens à soutenir les commerces de bouche locaux. 

Elle innove depuis 2017 pour faire découvrir la gastronomie lyonnaise aux curieux. Le confinement et la situation des commerçants l'ont inspiré pour amener les gens à soutenir les commerces de bouche locaux. 

Interview précédente

Audrey Marcelino a imaginé Praline et Rosette en 2017 pour faire découvrir le patrimoine lyonnais aux curieux. Des années plus tard et un Covid-19 en plus, elle a imaginé un pass pour soutenir les commerçants de la ville et entretenir la gourmandise des clients, ravivée pour les fêtes. Le but, aller déguster dans un bouquet d'établissements le meilleur de la ville, dans des commerces parfois confidentiels. Une initiative bienvenue.

Quand est née l'idée de ce pass ?

L'idée du pass était arrivée avant le confinement. C'était de rendre mes balades gourmandes en toute autonomie. Je suis seule dans mon entreprise et je suis totalement à l'arrêt, car les restaurants sont fermés, comme les food tour, car dès que l'on déguste dans un restaurant, je suis assimilée comme tel et j'estime que je ne dois pas faire mes dégustations. J'ai donc eu du temps pour réfléchir à ce pass, cette fois soutenir les commerçants en créant du trafic chez eux. C'est enfin pour mettre en avant des petites entreprises, des petites structures familiales et faire découvrir de nouvelles adresses.

Le pass permet évidemment de rencontrer des charcutiers, des chocolatiers, des pâtissiers et pas forcément des géants du secteur.

Il y a de tout, mais il y a également des institutions comme Voisin. C'est un pass qui était pensé pour les touristes et les Lyonnais, et le coussin est un incontournable... Je voulais tout de même dénicher le meilleur, la meilleure spécialité ou un chocolatier rare. L'avantage de ce pass, c'est que l'on peut se rendre dans des petites boutiques, qui n'ont pas connu de fermeture administrative. Les gens pouvaient déguster sur place, dorénavant, on peut prendre sa planche de charcuterie et la déguster chez soi. 

Vos partenaires historiques sont restés, d'autres commerçants ont voulu vous faire confiance ?

En grande majorité, c'est de nouveaux partenaires, surtout des produits que j'aime personnellement et que j'ai voulu mettre dans ce pass. On peut retrouver Coney Cookies, Mercredi Biscuiterie en biscuiterie fine, Les Eclaireurs pâtissiers qui travaillent aussi le salé, la belle maison de frites Croustiller, imaginée par deux frères et enfin, une nouvelle adresse de charcutier : Crauser Bello auparavant la charcuterie Montaland, je suis très fière de pouvoir les proposer. 

Quelle réflexion a été faite derrière la création de ce pass ?

C'était de soutenir les commerçants. Cependant, les établissements qui font partie du pass ont le droit d'ouvrir, ils sont moins concernés que les restaurants. Pour l'économie, ce sera dramatique pour eux, il faudrait que cela reprenne vite. Mais les commerces sont un peu plus préservés, même s'il n'y a pas l'effervescence d'auparavant, nous sommes loin d'un mois de décembre en ville classique. J'ai beaucoup de retours des restaurateurs, le premier confinement était très difficile, mais ils possédaient des réserves pour tenir jusqu'en septembre, mais ce deuxième confinement a été long, il faut sortir de là. Certains réussissent à se réinventer comme La Meunière, elle a créé son épicerie pour décembre. Cela ne remplacera pas un mois traditionnel, mais on est dans la limitation des pertes. On croise les doigts pour une reprise en janvier.

Hannah Benayoun

PRALINE ET ROSETTE

- Start up fondée en 2017
- Food tour et Balades Gourmandes sur Lyon, entre restaurants et commerces de bouche
- Création du Miam Pass en 2020 : découverte de 10 adresses de la Presqu’île lyonnaise entre les Terreaux et Perrache.